Critique Culte: Juliette Armanet Petite Amie

« Petite Amie » est le 1er album de Juliette Armanet( Sorti le 07 Avril 2017).

Véritable révélation de ce début d’année, Juliette Armanet sort un 1er album très bon. Pour celle qui a été journaliste et qui est fille de Libraires, « Petite Amie »est un album « amour armure ». Elle réussit à moderniser le piano en le rendant délicat ou puissant. Cela est mélodique et profond mais elle ne se la joue pas que piano solo. Un son et une image très 80’s , parfois un peu kitch, parfois rétro mais totalement assumé. C’est vivifiant, entrainant et un peu fou, fou, fou. Cela reste agréable à l’écoute. Bien entendu la parallèle avec Véronique Sanson et William Sheller est inévitable. Mais Juliette a son propre univers : féminin, beau et sensible. Moi parfois elle m’a fait penser( étrangement) a une autre grande chanteuse : Mylène Farmer.

Le packaging est juste trop beau. Rose pastel, bleu ciel. La pochette est une réussite Pop’art de Théo Mercier et Erwan Fichou. Le livret est fait de photos d’objet a allusion sensuel. Phallique et vaginale. Une autre vision de cet album a l’univers très marqué. Pour un 1er album c’est très réussi limite un coup de maître. Parfois cela est sensuel et volupté et on pourrais croire que l’album tombe dans la guimauve facile mais c’est loin d’être le cas. Il est hédoniste et entêtant.

Son écriture est jouissive. La déprime amoureuse côtoie la force de survie a une rupture. J’aime ce message de la femme forte. Elle joue avec les mots de façon subtile et décalé. L’humour, l’amour, la rupture, les premiers émois amoureux, les boums d’adolescents se mélange. Elle a avoué que pour écrire elle avait besoin d’être dans un état ni trop triste, ni trop joyeux. Son album c’est exactement ça.

Sa voix est douce comme de la soie . Puissante comme un départ de feu. Rempli d’inflexions, d’émotions. Tant de murmures, de couleurs, de saveurs. Elle y dégage une grande palettes d’émotions, de sensations. Elle a ce truc dans la voix, ce truc qui est la marque des plus grands. Cela faisait un moment que une chanteuse française ne m’avait autant toucher. Elle arrive à émouvoir en une note vocale. Une voix presque divine et honnêtement il est impossible de ne pas chanter sur son disque.

Cet album est de ceux que l’on se passe en boucle et desquels on ne s’en lasse pas. C’est comme une B.O d’une vie. Le seul regret de ce bel album ? Les chansons sont trop courtes. On voudrait que elles durent plus longtemps. C’est là aussi, le signe des grands albums selon moi !

En portant autant de couronnes sur sa tête et le regard porté sur l’avenir, faite de Juliette Armanet votre « Petite Amie »…

Critique Culte: Juliette Armanet Petite Amie

MES CULTES :

01) L’Amour En Solitaire : La voix, le piano tout y est sublime. Une mélancolie douce-amère y baigne. Une belle ballade post-rupture ou elle tutoie le génie. Quand vient le piano du deuxième couplet on ne peut que tomber amoureux. C’est un gros coup de cœur !

03) Sous La Pluie : Le piano est vraiment beau. Il y a là quelque chose de très « Parisien » je trouve. J’adore cette chanson. A chaque fois quand elle chante « Le si on était vieux » cela me brise le cœur à chaque fois.

04) A La Folie : Assez 80’s. Ce son rétro est tellement appréciable. Puis la voix lancer de façon puissante est bonne c’est un délice. La guitare est très bien ficelé. Cette chanson pourrait apparaitre dans une film de Xavier Dolan.

06) Alexandre : Une de mes favorite ! LA ballade disque. Elle chante du plus profond d’elle-même. Ce texte, sa voix c’est tout elle. La façon qu’elle chante c’est fondant et sensuel. Le piano est une réussite sur ce beau slow. C’est une belle chanson d’amour. On a tous un Alexandre dans notre vie…

07) Manque D’Amour : Première chanson qui a été créez par Juliette pour cet album. Celle pour ou tout a commencé. Et encore une réussite, encore une de mes favorite. Comment ne pas fondre ? Et tomber sous le charme de cette voix de sirène ? Ce son planant beau comme un coucher de soleil. Le texte est délicieux mais férocement vrai. Je trouve la fin sexy.

12) L’Accident : Merveille d’émotion. Merveille de voix. Merveille du piano. Rarement une chanson française avait porté en elle une telle pépite( exception faite de ça Zazie, de mes sombres archives Julien Doré). En écoutant ce morceau je pense à la chanteuse Barbara. Une façon douce, naturelle mais poignante pour terminer l’album.

A ZAPPER :

05) Cavalier Seule : Même si je suis sensible à ces paroles féministe, le petit son exotique ne me plait pas. Sa voix (pour une fois) n’arrive pas à m’émouvoir.

08) A La Guerre Comme A L’amour : La guitare électrique derrière est bonne mais tout le reste autour est plat, simple. Il manque ce petit truc qui fait toute la différence.

Retour à l'accueil